Antoine Sohier, Procureur au Katanga

Auteur Guy De Boeck

La question de la main d’œuvre

Le Congo Léopoldien avait été entièrement fondée sur le travail forcé, travesti en «impôt en nature ». La reprise du Congo, accomplie sous l’édifiante affirmation d’une édifiante « volonté de faire cesser le travail forcé », va être le lieu d’une longue continuation larvée de travail sous le contrainte, sous couleur de « recrutement de la main d’œuvre ».

La reprise du Congo par la Belgique fut votée par les Chambres belges à la fin de 1908. Antoine Sohier a débarqué au Congo en 1910. Il a fait partie, donc, de la première génération de magistrats belges venant remplacer ceux de l’EIC.

Les juristes sont, depuis les temps héroïques de Léopold II, les « empêcheurs de danser en rond » de la colonie Même si, comme Sohier se résignant aux « réquisitions », ils acquièrent un certain « réalisme » et sont forcés de s’adapter aux conditions locales très empreintes de cynisme, il leur restera toujours une tendance (une « faiblesse », aux yeux des coloniaux purs et durs ) à considérer que si la loi concède fort peu de droits à l’indigène, celui-ci est néanmoins sujet de droits.

D’autre part, c’est en 1906 que sont fondées les grandes compagnies qui feront la pluie et le beau temps dans la Colonie, notamment l’Union Minière du Haut Katanga (UMHK). La mise en valeur du « scandale géologique » katangais va donc commencer. Là aussi, se posera un grave problème de main d’œuvre, les régions géologiquement riches étant peu peuplées.

Après avoir exposé ce que fut, dans l’ensemble, le problème de la main d’œuvre et du recrutement abusif, nous verrons ce qu’il en fut au Katanga, où Sohier essaya de lutter contre les pratiques les plus scandaleuses. I

Le « Moteur à Manioc »

Il est assez symptomatique que la partie de l’administration coloniale s’occupant le plus spécifiquement des Noirs reçut le nom d’AIMO = « Affaires Indigènes et Main d’œuvre ». Le Congolais est perçu avant tout comme une force de travail, une certaine somme de puissance musculaire. On ira jusqu’à surnommer le travail indigène « le Moteur à Manioc ».

La nature est admirablement faite. Le Noir, ce grand enfant, a des biceps magnifiques, et il peut bien sûr travailler dans le climat torride où il est né. Il lui faut évidemment la direction intelligente du Blanc, certes trop délicat, lui, pour les fortes chaleurs, mais très apte à diriger. Cela tombe admirablement bien. Sans nul doute, c’est l’effet de la Providence. Dieu devait être colonial ! C’’était si évident que même Louis Franck, ministre libéral des colonies, chanta les louanges de la religion pour rendre les Noirs dociles… Pardon, excusez mon lapsus ! Pour leur progrès moral !

La fameuse formule du « moteur à manioc » pour parler du travail physique des Noirs et de leur providentielle vigueur corporelle, pourrait n’être qu’une formule imagée et humoristique, comme lorsque l’on parle de « l’huile de bras « ou de « l’huile de coude ». Mais à lire certains documents, l’on ne peut que constater que certains semblaient considérer les indigènes bel et bien comme des machines. Le Docteur Jean-Marie Habig, auteur d’une « Initiation à l’Afrique » (01), l’écrivit avec l’intention, en soi louable, de donner les conseils de son expérience aux coloniaux débutants qui viendraient après lui. Et il est tout de même dérangeant (le mot est faible !) de voir un médecin parler de corps humains, non pas en termes de personne, mais comme u ingénieur parlant des pièces d’une mécanique. Voici ses propos :

« Une caravane bien conduite marche sans heurts.., et l’on peut, jour par jour, voir fondre les corps des porteurs. « Ainsi était le chemin des caravanes...
« Des hommes sans riposte.., sans volonté.., ignorants des nécessités de leurs propres corps... marchant.., marchant... et fondant au soleil.
« C’est au dieu qui conduit les Noirs, de veiller, pour eux, à leur santé. « C’est lui qui veut le travail.
« C’est lui qui doit connaître les possibilités des hommes, le rendement, la prévention de l’usure des corps.
« Ces hommes sont comme les bielles d’un moteur... C’est au Blanc de le sentir tourner rond... Son système nerveux doit s’affiner, il doit se prolonger dans tous les muscles qui constituent sa machine.
« En réalité, il faut être moralement aristocrate pour conduire des masses sauvages, comme il faut être fin de caractère pour monter un pur sang.
« Dépistez la fatigue des corps à la sueur qui perle sur les fronts... apprenez à percevoir l’odeur de cette sueur,... comme celle du cheval, elle sentira la fatigue.
« Descendez de votre tipoïe... prenez le pouls de ces enfants qui se confient aveuglément à votre volonté.
« Ayez toujours sur vous un thermomètre que vous placerez dans la bouche... vous vous le assurerez ainsi que vos hommes ne «chauffent pas».
Peut-être devrez-vous exempter un fiévreux d’un lourd portage par temps orageux. Tâtez les mollets.., palpez les muscles pour apprécier leur dureté... un muscle qui o fonctionné trop vite contient un excès d’acide lactique. Il se produit alors un appel d’eau pour la neutraliser et le muscle est oedemacié, dur et douloureux.
« Vous voyez que cela suppose un certain sens, un certain «flair». Or, il s’agit là d’un texte paru en 1948 !

Apparition d’une vraie gestion capitaliste

Le système Léopoldien, entravait le développement de la colonisation. Sous Léopold II, les opérateurs économiques sont bien des sociétés par actions, appartenant à des actionnaires qui y avaient mis de l’argent (actionnaires parmi lesquels le Roi se taillait en général la part du lion) et qui tiraient leurs bénéfices de la commercialisation en Europe de certains produits congolais. Mais derrière cette façade respectablement bourgeoise, le système de production, lui, relevait de la piraterie. On ne produisait en fait rien, on épuisait des stocks (et la population) par l’extorsion, le pillage et le travail forcé. Si l’on voulait trouver un équivalent aux « sociétés commerciales » de la période léopoldienne, il faudrait alors aller chercher ces groupements d’armateurs qui, pendant les guerres du passé, frétaient et armaient un navire corsaire et se partageaient les dépouilles au retour de la course.

Les Héritiers sont partisans d’un capitalisme plus orthodoxe. (Ce qui ne signifie nullement, nous l’allons voir, qu’il soit plus « doux »…) La nouvelle administration eut pour tâche d'orienter définitivement le Congo dans la voie de ce capitalisme. C’est dans cette perspective qu'il faut lire la législation élaborée a partir de 1910, le rétablissement de la liberté commerciale, l'organisation de la vente et de la location des terres. Cela entraînait l'abolition juridique du travail forcé sauf pour les travaux proclamés « d’utilité publique » et la substitution de l'impôt en argent a l'impôt en nature. Dès lors, l'impulsion de l'économie coloniale par l'impôt en argent débuta et coexista avec le travail forcé.

Cette reconfiguration de l'administration coloniale a partir de 1910 consistait d'une part en une révision de l'action de l'Etat a l'égard du capital financier et, d'autre part, en un élargissement de la base productive de la colonie. De ce fait, on assista a une prolifération de petits et moyens commerçants étrangers disposant de très peu de capital et une apparition d'un grand nombre d'intermédiaires et des commerçants itinérants congolais. La hausse des prix d'achats des marchandises et, par voie de conséquence, la hausse des salaires qui s'en découlèrent n'épargnèrent pas la rentabilité des investissements du capital financier. L'administration coloniale s'est vue contrainte de prendre diverses mesures aboutissant à mobiliser le surplus agricole par voie autoritaire et a des prix très médiocres, non pas pour étouffer ces intermédiaires - car l'administration comptait sur cet élargissement de l'assiette fiscale - mais parce qu'elle était confrontée a l'accroissement de la demande alimentaire des troupes en guerre, et de la main-d’œuvre pour les nouvelles mines créées. Ces mesures sont généralisées dans d'autres provinces a partir de 1917. Par la suite, l'administration coloniale intervint de multiples manières pour légiférer en matière d'organisation économique. Cellecicommençait a prendre de l'ampleur et portait en germes de conflits d'acteurs entre dominants et dominés (02) .

Louis Franck, ministre des Colonies de 1918 à 1924, était lié aux milieux d’affaires, et notamment à ceux du diamant anversois. Il plaida pour le développement rapide d’une économie coloniale en deux volets : l’entreprise capitaliste, appuyée sur une infrastructure moderne, bénéficierait de l’appui de l’administration, dans l’espoir d’attirer les têtes de file de l’économie belge. L’économie indigène, pour sa part, resterait marginale, sous le contrôle des autorités traditionnelles. Ce programme ne fit jamais l’unanimité parmi les cadres de l’administration coloniale. Mais s’il fut discuté, il fut appliqué. Ne parle-t-on pas encore, à propos du Congo, de deux économies simultanées, la « traditionnelle » et la « moderne » ?

Faire l’histoire de recrutement de la main-d’œuvre indigène au Congo Belge n’est pas facile. Pourtant, la main d’œuvre indigène est restée une des principales préoccupations des colonisateurs. Elle a, en effet occupé une place de choix dans presque tous les rapports sur l’administration du Congo Belge. La nécessité d’une main-d’œuvre n’est pas à démontrer. Il ne suffisait pas pour les entreprises coloniales de posséder de grandes concessions de terre mais encore fallait-il les mettre en valeur.

Documents, rapports et commentaires de documents abondent. Le problème, c’est d’arriver à une vue d’ensemble !

La main d’œuvre : un problème réel.

Il ne faut pas sous-estimer le problème de la main d’œuvre ! Il était réel et se serait posé de toute façon dès qu’on aurait voulu industrialiser le Congo. Une administration noire et socialiste aurait eu devant elle les mêmes données que l’administration blanche et capitaliste qui s’y attaqua. Il faut donc examiner ces problèmes, et les solutions qu’on y a apportées.

Le Congo, au moment de la reprise par la Belgique, était, dans son ensemble, un pays peu peuplé. En 1924, il n’avait encore que 10 millions d’habitants, ce qui veut dire quatre vingts fois moins que la Belgique actuelle. Mais c’est aussi un pays pour lequel les projets de développement sont industriels. Même si au fil du temps le Congo exportera des produits agricoles comme le café, le coton, les huiles…, il est avant tout producteur de ce qui s’extrait de ses mines : cuivre, cobalt, diamant, or… C'est-à-dire que sa mise en valeur suppose des installations industrielles lourdes, qui ne peuvent tourner qu’avec une abondante réserve de main d’œuvre dans leur proximité immédiate. Qui dit « usines », dit « villes » !

Cette situation rendit le Congo belge très différent d’autres colonies africaines, et même du Congo léopoldien. En effet, là où l’économie coloniale a reposé sur des productions agricoles, comme l’arachide (Sénégal), le cacao (Côte d’Ivoire), le café, le thé, le quinquina le pyrèthre (Rwanda, Burundi) ou le caoutchouc congolais de sinistre mémoire, il s’est agi d’imposer à des paysans de nouveaux modèles culturaux, cependant qu’ils restaient des agriculteurs. Le « caoutchouc rouge » avait été produit dans ces mêmes conditions : on ne demandait pas à l’agriculteur de changer de vie, mais de produire, en plus, un produit de rente, et de la produire à un rythme effréné. Un rythme mortel, même dans le cas du système léopoldien ! La colonisation continuera à peser sur la vie paysanne, soit par les cultures de rentes, soit par l’exigence de ravitaillement pour les cités industrielles. Mais la nécessité de recruter pour l’industrie va imposer un changement bien plus profond : elle va faire du paysan rural un prolétaire citadin.

La population du Congo était inégalement répartie. Elle l’est toujours, mais, pour toute la période coloniale, la très considérable population qui vit aujourd’hui dans les grands centres urbains, et surtout à Kinshasa, n’existait pas. Le Congolais de 1908 est, à plus de 90%, un rural habitant un village de brousse et s’adonnant à l’agriculture vivrière traditionnelle. Etant paysan, il s’installe et prospère là où la terre est riche et fertile. Quand il rencontre des sols arides ou des marécages où ses semences se perdront ou seront noyées, il ne s’installe pas et va voir ailleurs. Après la fertilité et l‘irrigation, il se soucie de sa sécurité. Un village doit être facile à défendre, ou un peu dissimulé. Les grandes savanes bien dégagées, où les armées manœuvrent à l’aise, ne lui disent rien qui vaille.

Or, il se fait que les mines du Katanga se trouvaient, précisément, sous des savanes arides et dégagées. En effet, la présence dans le sol de fortes quantités de cuivre tue la végétation. En outre, les razzias de Msiri, les raids des esclavagistes, tant Ngwana que portugais et l’interminable guerre de succession dans l’Empire luba avaient contribué à faire fuir la population. Bref, il faudrait installer des mines, puis des usines de traitement des minerais, en des endroits où il n’y a pas un seul ouvrier visible à l’horizon ! Le problème était donc indéniable, réel et grave !

Toutefois, c’est là, en principe, un problème qui regarde les entreprises elles-mêmes.

L’Etat peut éventuellement leur fournir un appui, par exemple en concluant des accords avec un autre Etat, plus riche, lui, en population qu’en ressources, pour faire venir de la main d’œuvre immigrée. Le résultat final, c'est-à-dire que le travailleur X œuvrera au poste Y dans l’entreprise Z, ne le regarde pas.

Au contraire, on attendait de l’Administration coloniale qu’elle fournisse la main d’œuvre et qu’elle la fournisse à bas prix !

En effet, si l’on laissait jouer simplement la loi de l’offre et de la demande, il se serait produit dans les zones minières du Congo ce qui s’est produit, par exemple, en Amérique du Nord au milieu du XIX° siècle: on aurait attiré la main d’œuvre à prix d’or, à coups de hauts salaires et autres avantages. Puisque les lieux où il fallait installer l’industrie, et notamment le Haut Katanga, passaient pour inhospitaliers, désagréables à vivre et que sais-je encore, on aurait pu attirer les ouvriers comme on le fait, par exemple, pour les forages pétroliers en Alaska. Ce sera d’ailleurs, plus tard, la politique de l’UMHK qui fut, au milieu du XX° siècle, un magnifique exemple de paternalisme.

Mais on sait que, dans la pratique, les capitalistes n’invoquent les lois du marché que quand elles jouent en leur faveur. Quand leur libre jeu favoriserait soit les travailleurs, soit les consommateurs, l’intervention de l’Etat paraît urgente. D’autre part, on comptait bien réitérer au Congo ce que l’on avait fait en Europe : réaliser l’accumulation primaire du capital au détriment du prolétariat agricole. Au Congo l’insertion de la main d’œuvre africaine dans le système capitaliste international fut assuré principalement, au moins jusqu’en 1945, par le recours à la force. Le recrutement forcé de travailleurs pour les mines et la cueillette des noix de palmes était courant. Le nombre de Noirs mis au travail évolua de 47.000 en 1917 à 543.957 en 1939. Les structures so

Des disputes utiles et éclairantes

Lorsque l’harmonie et la bonne entente régnaient entre les « trois piliers » de la colonie, c'est-à-dire l’Administration, les Compagnies et les Missions, il ne filtrait pas grandchose de leurs échanges de vue, qu’ils se produisissent dans la colonie même ou au Conseil Colonial, à Bruxelles.

Nos informations proviennent avant tout de leurs désaccords parce qu’alors, chacun avait tendance à descendre sur la place publique et à prendre l’opinion publique à témoin, au nom, bien sûr, de l’intérêt des indigènes ! Et, bien entendu, non seulement on mettait bien en valeur ses propres arguments, en faveur de la thèse que l’on défendait, mais on déballait alors dans le feu de la polémique les données qui semblaient de nature à montrer que l’adversaire était, lui, une véritable plaie pour les malheureux congolais. Ledit adversaire s’empressait bien sûr de répliquer sur le thème bien connu de « Vous en êtes un autre… » , et de brandir lui aussi les arguments tendant à prouver que la peste et le choléra, c’était précisément son contradicteur.

Cela nous a valu de connaître immédiatement un certain nombre de documents ou de données pour lesquels, sans cela, la règle de cent ans se fût appliquée.
Sur cette question de la main d’œuvre, par exemple, une dispute permanente opposa, tout au long de la colonisation, les Missions aux Compagnies. Elle peut se résumer à ceci. Les Missions s’intéressaient avant tout au contrôle social. Un village bien contrôlé (par un chef chrétien, ou du moins favorable au christianisme (03) leur paraissait le meilleur endroit pour mener une vie chrétienne, parce que rien n’y échappait à l’œil vigilant de l’Eglise. Ils avaient donc tendance à défendre envers et contre tout le maintien des indigènes dans leur milieu d’origine et sous la dépendance des Missions (04) . Ceci, bien entendu, dans le but qui leur était propre, à savoir le salut de leur âme, parce que la ville les exposerait à de multiples tentations.

Toutefois, comme ce genre d’argument ne convainc que les convaincus, ils en utilisaient aussi de plus matériels, comme la mauvaise situation sanitaire dans les villes, l’existence d’endémies, comme la tuberculose, ou le risque d’exposer ces âmes naïves non seulement à la déchristianisation, mais au syndicalisme ou à la propagande du communisme athée.

Les Compagnies, au contraire, souhaitaient retrouver au Congo les conditions qui avaient favorisé leur développement en Europe. Il leur fallait donc des villes bien peuplées, avec si possible un volant de chômeurs et de « lumpenprolétariat » qui exercerait une pression négative sur les revendications éventuelles. Il fallait avoir assez de main d’œuvre et même en avoir si possible un peu trop ! Loin de craindre l’exode rural, elles poussaient au contraire l’administration à le favoriser et même à l’organiser.

Et d’invoquer, bien entendu, tout ce qui n’allait pas dans les campagnes, n’en déplaise au missionnaires, les problèmes de ravitaillement et de santé des indigènes qui y « croupissaient dans la sauvagerie et l’obscurantisme », tout en soulignant que les bons pères avaient peut-être des soucis légèrement plus matériels que l’âme des Congolais, et qu’ils étaient eux-mêmes de grands exploiteurs de main d’œuvre noire, qu’ils faisaient travailler sous des prétextes divers en la payant d’une bénédiction. Au milieu, l’Administration qui comptait les coups pendant les bons jours mais se trouvait aussi parfois prise à partie par les deux autres « piliers » simultanément, s’efforçait de garder l’Eglise au milieu du village, et, pour se défendre, publiait aussi ses données.

Il y eut ainsi une assez belle empoignade, lorsque les T.O. (Territoires Occupés, c. à d. le Ruanda-Urundi) furent confiés à la Belgique.

Les T.O. ont manifestement frappé les Belges par deux caractéristiques qui contrastaient avec ce qu'ils connaissaient au Congo: la densité de la population et les possibilités agricoles. Il ne faut pas fantasmer, le Ruanda-Urundi n’était pas le pays de Cocagne. Du fait de sa densité de population et de son habitat dispersé, il était surtout beaucoup mieux mis en valeur que le Congo. En outre, son climat d'altitude y permettait mieux qu'au Congo (sauf les terres hautes du Kivu) la culture de végétaux européens, un avantage aux yeux des colons dont la population locale - ou la population congolaise voisine - ne voyaient guère l'intérêt. D'où l'idée d'une complémentarité avec le Congo.

Vers 1920 le Congo souffrait d'un manque de main d'œuvre et de difficultés d'approvisionnement. Lesquelles étaient en fait - et cela n'a guère changé‚ - des difficultés de transports soit d'une région ayant fait de bonnes récoltes vers une autre où il y avait momentanément disette, soit plus globalement des campagnes vers les villes, qui étaient en plein développement (Léopoldville est alors en construction). La situation est néanmoins grave: il fallut légiférer en 1923 (ordonnance 47 du 12 août) pour obliger les employeurs à fournir une ration de 3.500 calories par jour et, en 1926, le rapport Lauwers au Congrès colonial constatait l’état de sous-alimentation de la plupart des Congolais.

Chalux (de son vrai nom le marquis Roger De Chateleux), journaliste à la « Nation Belge » publia en 1925 un livre "Un an au Congo belge", reprenant une série de reportages parus en 1923 et 1924. Ce voyage était tout à fait officiel -" La Nation Belge" était un journal patriotique et bien-pensant - et disposait des appuis officiels les plus puissants: le journaliste a pu rencontrer les plus hautes personnalités de la colonie, a disposé – quand de tels moyens existaient- de bateaux ou de wagons privés… Il visita le Ruanda-Urundi au début de 1924 (pages 445 ・522), juste avant que la Belgique n’arrête, à leur sujet, sa politique définitive. Il y écrit  ;


« Une suggestion: le Congo manque de plus en plus de main d'œuvre et les T.O. en regorgent. Ne pourrait-on prélever ici un contingent de travailleurs pour les grands centres industriels ? »
(05)
Les tentatives en ce sens furent limitées et très modestes: « Entre 1930 et 1940, les Autorités organisèrent une colonisation rurale dans le Nord Kivu du Congo belge au profit de 25.000 ‚migrants rwandais. Mais cette forme d'immigration ne fut pas poursuivie et ce fut la migration de travailleurs salariés vers le Katanga, l'Uganda et la Tanganyika qui l'emporta, mais sans s'amplifier après le maximum de 1930 (1930: 30.000 salariés - 1950 : 20.000 - 1962 : 21.000). Elle est encore plus réduite aujourd'hui." (06)


« Comment faire des Congolais des ouvriers ? »

Avant la colonisation, la population vivait d’agriculture, de chasse et de pêche, ce qui exigeait que des territoires très étendus restassent vacants, à cause d’un système de cultures alternées dans lequel les champs restaient en jachère pendant une longue période. Par la confiscation d'énormes quantités de terre, par l'imposition du travail forcé et l'instauration d'un système d'impôts, on a fait des Congolais libres, des ouvriers. Mais des ouvriers dont le statut ressemblait sur de nombreux points à celui des serfs du Moyen-âge.
Léopold II avait décrété que les terres inoccupées devaient être considérées comme la propriété de l’état (07). Il avait aussi mis d'immenses territoires à la disposition de sociétés sous forme de dons ou de concessions. Le colonisateur s'est approprié les terres qui « par leur situation et les autres circonstances géographiques convenaient spécialement à la colonisation agricole par les Européens. Il n'est pas question que les indigènes prennent possession de telles terres pour étendre leurs activités, ce qui entraverait ou compliqueraient l'instauration de la colonisation européenne, là où ce serait possible pour eux. » Ce texte étant tiré du RUFAST, nous voilà informés sur les instructions données par le Ministre des Colonies. (08) On ne peut que constater la parfaite continuité entre la politique domaniale qui était celle de Léopold II, et celle qui ressort du « Recueil Usuel » !
Les paysans étaient continuellement repoussés vers de moins bonnes terres. Ils étaient obligés, durant les périodes où les terres restaient en friche, de travailler plus vite, et par conséquent de cultiver une terre qui était rapidement épuisée. Voici un exemple de la manière dont le travail se passait. Nous avons déjà évoqué la convention de 1911 avec la multinationale Lever, si chaudement appuyée par Emile Vandervelde. Elle attribuait une concession de 75.000 ha aux Huileries du Congo Belge, qui devait être choisie parmi cinq cercles de 60km de circonférence. Le premier cercle, dont le centre était Leverville, englobait presque tout le district de Kikwit, où se trouvaient les meilleures forêts de palmiers du Congo. Un autre cercle, aux alentours de Brabanta, englobait une partie du nord de Kwilu. En 1938, la concession fut limitée à 350.000ha ; les HCB renonçaient aux terres les moins intéressantes. Un gouverneur provincial a noté dans un rapport datant de 1916 :

« La société HCB semble vouloir s'accaparer toutes les berges dans le domaine qui les intéresse. Ils vont peut-être laisser les territoires marécageux inaccessibles aux Africains… » Il a ajouté à tout ceci en 1919 que : « je tiens à signaler que les indigènes qui se trouvent dans la concession du HCB, croient qu'ils ont été vendus aux Anglais par l'Etat. » (09)
Le R.P. Legrand, ex-procureur de la mission du Kwango, écrivit en 1928 que : « Les droits des autochtones en ce qui concerne les terres et les forêts de palmiers, étaient méconnus (…). Le détenteur de la concession s'accapare toutes les bonnes terres et les bois de palmiers et … durant l'ordonnance définitive de 1936, les indigènes allaient encore uniquement avoir à leur disposition les terres les moins bonnes, qui sont vraiment mal situées et sur lesquelles il y a très peu de palmiers. » (10)

Le 2 mai 1910, le colonisateur introduisit un impôt à charge des indigènes. C'était un impôt de capitation, c'est-à-dire individuel dont tout individu était redevable sans autre considération et qui prenait la succession de toutes les obligations fiscales antérieures. Il avait pour objectif de faire entrer les paysans dans l’économie monétaire capitaliste. En effet, l'impôt devant être payé en espèce, cela obligeait le paysan à commercialiser ses produits ou à vendre son travail.

Faut-il le dire, cet impôt à une « fonction éducative ». Thys et Delcommune l'ont présenté comme suit : l'impôt a "une forte portée, par laquelle elle oblige les noirs à s'habituer au travail". (11) L'impôt pesait pourtant si lourd pour les paysans que le
ministre des colonies a estimé qu'il était nécessaire de faire la recommandation suivante :

« Nous devons également éviter qu'un impôt excessif dilapide tout l'argent des autochtones ;on doit leur en laisser une partie, pour les inciter à travailler. » (12)

Mais nous allons retrouver encore une fois la même question : comment peut-on prétendre croire, de bonne foi, au caractère « incitatif » de la minable rémunération effectivement offerte ?

En 1925, le paysan, qui est obligé de s'occuper de certaines cultures dont il doit livrer des produits à des prix fixés très bas, voit son revenu (en espèce) amputé de 40 à 50% par le payement de l'impôt individuel. (13) L'impôt obligeait un grand nombre de villageois du Kwilu à travailler pour des sociétés étrangères. Les chiffres suivants sont ceux des années 30.

« Le noir doit payer 45 francs d'impôt individuel, alors que les fruits du palmier lui ont seulement rapporté trois centimes le kilo. Il doit par conséquent couper 1500 kilos de noix, à savoir 43 caisses de 35 kilos. Il peut difficilement récolter plus d'une caisse par jour. Lorsque l'on tient compte des jours de pluie, on remarque qu'il a besoin de plus de six semaines pour rassembler l'argent nécessaire pour payer l'impôt sur la personne physique. Si l'on y ajoute l'impôt supplémentaire pour les polygames, le montant s'élève alors souvent à 80 francs. » (14)Pour payer cet impôt direct et pour obtenir un pouvoir d'achat supplémentaire sûr, un ouvrier devait travailler entre trois et six mois en 1940.

La Commission d’Enquête de 1904 avait en effet suggéré vivement de supprimer l’impôt en nature et de le percevoir désormais en argent. Mais elle s’était élevée non moins vivement contre le fait de réclamer du contribuable un effort démesuré pour s’acquitter d’un impôt dérisoire. Le Ministre Renkin se donne les apparences de suivre scrupuleusement la recommandation, puisqu’il instaure l’impôt en argent, mais l’impôt léopoldien comme l’impôt belge présentent les mêmes défauts, parce qu’ils tendent en réalité au même but : faire entrer de force l’économie rurale dans le circuit monétaire capitaliste. Dans les deux cas, on sousestime systématiquement la valeur du produit livré par l’indigène, et l’on ne prend jamais en compte le temps réel de travail, compte tenu du transport, des intempéries, etc… En fait, et je suis désolé de devoir le répéter à en donner la nausée au lecteur, on a sans cesse parlé du caractère « éducatif » du salaire et de l’impôt, qui allaient « donner à l’indigène le goût du
travail », alors qu’en réalité on n’a jamais proposé aux Congolais de travailler pour une rémunération décente

Cultures obligatoires et bas salaires

L'ordonnance-loi du 20 février 1917 introduisit le système de cultures obligatoires dans la campagne. Dans chaque district, le commissaire déterminait chaque année les cultures imposées aux paysans. (15) Le but était d'approvisionner en vivres les camps de travailleurs engagés par les sociétés ainsi que les centres urbains; des produits d'exportation, comme les oléagineux (huile de palme et noix de palme) et le coton, étaient également prescrits. La législation permettait d'imposer au maximum 60 jours de travail obligatoire par an, mais cette limitation n'était pratiquement jamais respectée. Le bon vieux truc de Léopold II servait toujours : au nom de la « protection de l’indigène » on énonçait un certain « maximum de travail autorisé », exprimé en heures, puis on laissait à l’appréciation de l’Administration la détermination de la quantité de produits que ces heures représentaient concrètement. En 1937, on estimait à 700.000 le nombre de chefs de famille concernés par ce système. (16)

Au cours de la deuxième guerre mondiale, les cultures obligatoires furent étendues au maximum. La superficie obligatoire de coton passa de 70.000ha en 1933 à 375.000ha en 1944. Entre 1939 et 1943, les superficies obligatoires de palmiers augmentaient de 18.000 à 35.000ha, celles de riz de 50.000 à 132.000 et celles de manioc de 157.000 à 340.000. (17) Dans le Kwilu, les coupeurs de fruits étaient obligés de livrer une certaine quantité de noix de palme aux sociétés. L'Etat, qui fixait d'autorité les prix à un niveau ridiculement bas, accordait aussi un monopole d'achat et de traitement de noix de palme aux grandes sociétés comme Lever et la Compagnie du Kasaï. En outre, les cultures obligatoires au Kwilu/Kwango concernaient le manioc, le maïs et le millet, nécessaires pour nourrir les travailleurs des palmeraies et des huileries.

Les indigènes devaient en outre exécuter un certain nombre de travaux imposés sans aucune rémunération: construire une prison dans chaque chef-lieu de circonscription, aménager des lazarets pour les personnes atteintes de maladies contagieuses, exécuter des travaux que décidaient les médecins de la colonie pour raison d'hygiène.

Les paysans étaient contraints d'effectuer d'autres ouvrages dont la faible rétribution était fixée arbitrairement par le commissaire de district. Ainsi, l'aménagement des routes et des bivouacs incombait à la population noire, de même que la construction des ponts, d'une école et d'une habitation à l'usage des Européens de passage, dans chaque chef-lieu de circonscription. En outre, les indigènes pouvaient être réquisitionnés comme guides, porteurs ou pagayeurs pendant 25 jours par an. (18) Si l’on fait le total de 50 jours pour gagner de quoi payer l’impôt, 60 jours de cultures obligatoires et 25 jours de réquisition, on arrive déjà à 135 jours de travail AVANT que l’indigène puisse espérer travailler pour lui-même et sa famille.

La misère des paysans était étroitement liée à l'exploitation des ouvriers. Les paysans devaient vendre les vivres qu'ils produisaient sous la contrainte de l'Etat, à un prix fixé très bas par l'Administration. Ainsi l'ouvrier n'avait pas grand-chose à débourser pour entretenir sa force de travail et le patron lui versait un misérable salaire. En 1924, le vice-gouverneur Moulaert évalua le coût annuel d'un travailleur de l'Union Minière entre 8.000 et 9.000 francs,
alors qu'il en rapportait 50.000. (19)

Le système des travaux sur réquisition, véritable « corvée » au sens médiéval, connut son apogée durant la guerre 1940-1945. Diverses ordonnances furent émises réquisitionnant un nombre important de Congolais pour des 'services civils' et des travaux dans les plantations et dans les exploitations minières. A la fin de 1939, le nombre de travailleurs congolais s'élevait à 543.957. En 1944, ce nombre était passé à 691.007, soit une augmentation de 150.000 unités en cinq ans. Par rapport à 1934, ce chiffre avait carrément doublé! Et il faut rappeler en passant que, si le Congo, terre belge, devait naturellement participer à l’effort de guerre, ces travaux n’étaient nullement liés à une menace immédiate qui ne pesa jamais sur la colonie. Il ne s’agissait pas de construire d’urgence des fortifications contre un assaut imminent. Simplement, l’effort de guerre servit de prétexte aux compagnies (dont certaines, en fait, le sabotaient), pour augmenter encore leurs marges bénéficiaires. Le salaire était pratiquement inexistant. Selon une commission provinciale pour le marché du travail au Kivu, les frais de nourriture d'un travailleur moyen s'élevaient à 62,10 francs tandis que le salaire moyen était de 65 francs. Soit un salaire net de 2,90 francs par mois. (20)

Le Gouverneur Général du Congo n’était, pendant tout le temps où il exerçait ses fonctions, que le haut-parleur en Afrique du Ministère des Colonies à Bruxelles. Ses discours reflétaient servilement la pensée du Ministre et lui étaient d’ailleurs soumis pour approbation. Il n’y avait à cela qu’une exception. Lorsqu’il quittait son poste, il lui était permis de prononcer un discours d’adieu de son crû qui n’était, lui, pas censuré. En 1946, le gouverneur général Pierre Ryckmans, faisant son discours d’adieu, put dénoncer l'extrême misère dans laquelle soixante ans de « présence civilisatrice » avaient plongé la population rurale

Nos indigènes des villages n'ont pas de superflu; leur niveau de vie est si bas qu'il doit être considéré non seulement comme incompressible, mais comme inférieur au minimum vital. Les milieux coutumiers de l'Afrique noire sont terriblement pauvres. L'ensemble de leurs activités permet à peine aux habitants de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. La masse est mal logée, mal vêtue, mal nourrie, illettrée, vouée aux maladies et à la mort précoce (...) Tous ceux qui connaissent la brousse s'accordent à dire que les populations sont fatiguées par leur dur effort de guerre. Nous ne pouvons leur demander de soutenir cet effort - et moins encore de l'intensifier. La limite est atteinte (21)

Préparant son discours du 17 juin 1956, le gouverneur général Pétillon avait relevé quelques chiffres fort révélateurs de la situation du travailleur noir. On lui conseilla de les rayer... De quels chiffres s’agissait-il ?

Pétillon avait constaté que les 25.000 engagés blancs gagnaient presque autant que tous les travailleurs noirs réunis, soit 1.200.000 salariés. Ces 25.000 Blancs disposaient d'un revenu comparable à celui de l'ensemble de la population rurale, soit 10.000.000 d'individus. Un Blanc gagnait donc presque 50 fois plus qu’un salarié noir, et celui-ci était néanmoins payé neuf fois plus qu’un paysan. Du Blanc au paysan, l’écart, vertigineux, était donc de 450 à un ! En effet, 22 % du revenu national revenaient aux 25.000 engagés européens, 24 % aux 1.200.000 salariés congolais, et 28 % de ce revenu national étaient répartis entre l'ensemble des habitants de la brousse, soit 10.000.000 de personnes. Un salarié noir gagnait environ 9.000 francs par an; un salarié blanc touchait 400.000 frs en moyenne. (22)

Le CRISP publia des chiffres similaires pour l'année 1957: 1.147.712 salariés noirs percevaient 13,9 milliards de francs, tandis que 29.689 salariés européens se partageaient royalement 12,4 milliards de francs . (23)

Sous le signe de la chicotte

La chicotte symbolise la pression à laquelle étaient soumis les Congolais dans la colonie belge et la dureté avec laquelle ils étaient traités. Mais il existe d'autres formes de répression et de violence bien plus lourdes deconséquences que l'humiliation et la douleur provoquée par la chicotte. Au fil du temps, le nombre de coups autorisés ne cessa de décroître. Juste avant l’indépendance, on en était à « fimbo inne », à un maximum de quatre coups. Quelques douloureux que puissent être des coups appliqués sur la partie charnue d’un individu à l’aide de ce qui n’était pas vraiment un fouet, mais une lanière en peau d’hippopotame, soigneusement polie pour qu’elle n’ait pas d’aspérité blessante, qui ressemblait donc plutôt à un bâton, ils n’avaient rien de dangereux.

Mais la peine allait de pair avec un cérémonial humiliant, imposant entre autres de se déculotter en public et de se coucher, fesses à l’air et en l’air, d’une manière parfaitement ridicule. La torture physique était devenue insignifiante, mais la torture morale était intense. Le maintien de cette peine anachronique fut certainement une erreur.

Au début des années 1900, la plupart des villages du Congo se trouvaient au fond de la forêt vierge. Dans de nombreuses régions, ces villages furent déplacés et regroupés par les autorités coloniales le long des routes pour des raisons pratiques, telle la lutte contre la maladie du sommeil, qui n’étaient pas mensongères.
Mais ces déplacements de villages avaient aussi pour résultat de faciliter la perception des impôts, et cela n’avait certainement pas échappé, non plus, à l’attention vigilante de l’administration ! A certains endroits, les villageois s'y opposèrent vivement, et leur résistance ne put être réprimée que par la violence. Ainsi, l'administrateur territorial de Kikwit écrivait en 1919 qu'il était parvenu à déplacer 20.000 Bapende de la région de Lushima vers le haut plateau. Il devait ce beau résultat au fait que la population était terrorisée après l'exécution de huit Bapende qui s'étaient révoltés dans le village de Kizungu contre les ordres de l'administration. (24)

Pousser les Congolais à s’engager dans des entreprises, des mines et des plantations
était l'une des principales missions de l'administration coloniale. Dans le RUFAST on peut
lire ce qui suit (variation sur un air connu !): "Comment obtenir la collaboration d'une
population indolente qui trouve aisément, dans son propre milieu, à satisfaire à ses modestes
besoins en matière d'alimentation, de logement et d'habillement? (Ceci) résume presque tout
le problème colonial." (25)
Jusqu'en 1945 au moins, la disponibilité de la main d'oeuvre africaine
fut assurée surtout par la violence. Le recrutement forcé des mineurs et des cueilleurs était
monnaie courante. Le nombre d'indigènes embauchés passa de 47.000 en 1917 à 543.957 en
1939. La guerre fut un excellent prétexte pour pousser plus loin encore le système du travail
forcé: en 1944, le Congo comptait 691.067 salariés. (26)

Un exemple: Depuis le début, les HCB, déjà évoquées, étaient confrontées à un manque de main d'oeuvre car les meilleures palmeraies, comme celles des alentours de Leverville et de Kikwit, se trouvaient dans des zones peu peuplées. Des milliers d'indigènes furent donc contraints de s'engager comme cueilleurs: ils durent quitter leur village et parcourir des distances qui pouvaient parfois atteindre cent à deux cents kilomètres

Au mois de septembre 1925, l'administrateur d'une région, où Lever recrutait, écrivait ceci: "Les administrateurs territoriaux sont bien placés pour savoir à quel point les exactions se font de jour en jour plus nombreuses et ne laissent aux populations ni répit, ni liberté (...) Peut-être peut-on pardonner au fonctionnaire de se sentir envahi d'amertume lorsqu'il voit les villages se vider à son approche comme à l'arrivée d'un marchand d'esclaves." (27)

Alarmé par le dépeuplement de toute une région, un missionnaire écrivait: "Un système savamment et
méthodiquement combiné enserre (l'indigène) de tous côtés et de toutes façons. Tout est prévu, calculé, combiné pour qu'il soit forcé de se laisser embaucher 'volontairement' (...) En tout cas, les volontés sont parfaitement vaincues et les résistances annihilées." (28)

Une répression impitoyable, tel était le sort réservé à s’élevait contre cette contrainte. On peut lire dans le décret du 5 juillet 1910: "Les populations se laissent aisément enflammer et tel grave mouvement d'insoumission ne s'est développé que faute d'avoir, en temps utile, arrêté l'excitateur." (Autre thème très récurrent : le refus du travail, qui est comme on sait « éducatif », ne peut être dû qu’à des « meneurs » !) Le décret stipule dès lors que "tout indigène qui dans la colonie compromet par son comportement l'ordre public" pouvait être banni. Il était obligé d'aller vivre à l'endroit que lui indiquait le commissaire de district, un endroit où il pouvait facilement être surveillé et d'où il ne pouvait exercer aucune influence sur son milieu d'origine. Le 31 décembre 1944, on comptait 2.993 indigènes bannis pour des raisons politiques. Ce chiffre s'élevait à 4.235 à la fin de l'année 1948 et à 2.338 le 31 décembre 1958. (29)

Cette question des relégués est de celle qui a fait couler beaucoup d’encre et suscité des désaccords nombreux et des polémiques acerbes. Après 1960, on s’est trouvé devant des chiffres très divergents, les Congolais prétendant qu’il y avait eu de très nombreux relégués, les Belges, qu’il y en avait eu beaucoup moins. On s’est aperçu alors que le plus fréquemment, au bout de quelques années, tout le monde, y compris l’administration, oubliait le caractère « étranger » du relégué qui s’était intégré et assimilé à la population locale et qu’on cessait donc de l’inscrire comme tel dans les registres. Cette capacité de s’assimiler aux autochtones jeta, à son tour, une lueur nouvelle sur les conséquences possibles des relégations, conséquences allant dans un sens totalement opposé à ce que recherchait l’administration : les relégués « acclimatés » purent devenir des informateurs et contribuer à
radicaliser l’opinion dans leur village d’exil. Ce pourrait être une explication plus logique au « rural radicalism » des mulélistes du Kwilu, que de lui supposer une sorte de génération spontanée (30).

Enfin, last but not least, contre les pires têtes de mule, il y avait la Force Publique. L'histoire coloniale abonde en opérations d'envergure contre des villages et des collectivités qui s'étaient rendus coupables de désobéissance. On distinguait trois types d'opérations: l'occupation, l'opération policière et l'opération militaire.

L'occupation: l'administrateur de région, secondé d'un détachement armé, venait s'installer à l'endroit même où était survenu l'incident. Les habitants étaient alors obligés d'offrir aux troupes d'occupation logement et nourriture, d'exécuter les travaux qui leur étaient imposés par ces mêmes troupes et d'obéir à leurs ordres. Cette mesure pouvait être prise à titre préventif, si l’on supposait que des incidents pourraient survenir !!!

L'opération policière: la 'Force Publique' était envoyée à un endroit déterminé dans le but d'intimider les habitants et de "dissoudre toute concentration ou rassemblement d'indigènes".

L'opération militaire était tout simplement la guerre, sous un autre nom. Elle consistait à "envoyer des détachements armés chargés d'enrayer, si nécessaire à l'aide des armes, la rébellion ou l'émeute, en s'emparant des positions qui étaient occupées en vue d'un soulèvement, en désorganisant les groupes rebelles, en les obligeant à déposer les armes et en rétablissant l'obéissance vis-à-vis de l'autorité légale" (31)

Un exemple: Durant la crise de 1929-1930, les HCB et la Compagnie du Kasaï avaient diminué le prix d'achat des noix de palme de 20 à 60%. Les impôts par contre, qui étaient déjà intolérables auparavant, avaient augmenté. De plus en plus, les compagnies avaient recours à la force et à la violence pour recruter les travailleurs. Poussés à bout, les Pende de Kilamba assassinèrent un fonctionnaire régional dénommé Ballot. De Kandale à Kilamba, les Bapende avec à leur tête leur chef Yongo se révoltèrent. Leur révolte dura plusieurs mois (32).

L'opération militaire entreprise en 1931 contre les Bapende fit 550 morts parmi la population indigène. Un quotidien colonial avançait même le chiffre de 1.500 Bapende tués. La Force Publique quant à elle ne déplorait aucune victime…

On se rappelle peut-être qu’en 1908, on avait publié à son de trompe que les Congolais, jusque là victimes de l’absolutisme de Léopold II, seraient désormais protégés par le régime parlementaire ? Voyez ce qu’en vaut l’aune : Le député Follien dit, à propos de ces événements, lors d'une séance du Parlement: "Les conceptions idéalistes de civilisation, d'humanité ou de démocratie telles qu'on les conçoit en Europe ne sont pas des articles destinées à l'exportation coloniale. (Très bien ! Très bien ! à droite)." (33)

Pourtant, la présence du colonisateur au Congo se justifiait, en principe, par le fait d’y apporter la civilisation ! Comprenne qui pourra !


  Lire les pages suivante via le document pdf - 40 pages Les lois | La mise en valeur du Katanga |   Ledilemme de la main d’oeuvre | Sauvés par la crise ! | Stabilisation : mise en place des stratégies   paternalistes | Les droits des Congolais sur leur sol ancestral | etc... )



01 Bruxelles, Ed. Universelle, 1948, tu, pp. 328-330.
02 cette législation concernait par exemple les prix minima et maxima (Décret du 7 août 1918), la limitation du petit commerce et du colonat (Sénat, Documents parlementaires n° 85, 1933-34), l'encouragement aux bourses du travail pour favoriser les ententes entre employeurs afin de contrôler les salaires (Bourse du Travail de Kasal, Règlement général, Bruxelles, 1921; Bourse de Travail du Katanga, Règlement général, Bruxelles, 1920). Cf. Peemans, Le role de l'Etat dans la formation du capital au Congo pendant la période coloniale, p. 57.
03 Les Missionnaires se montrèrent très prudents dans les baptêmes d’adultes, préférant se voir confier l’éducation d’enfants. Les Chefs posaient le problème particulier d’être souvent polygames pour des raisons politiques (s’apparenter à plusieurs clans). Mais ils n’étaient pas pour cela indifférents au christianisme et se rendaient fort bien compte qu’être bien vus des Missionnaires leur procurerait divers avantages. Il n’y eut donc de chefs chrétiens qu’assez tard, quand des fils éduqués par les missionnaires succédèrent à leurs pères sans que le problème de la coutume puisse se poser.
04 Il ne faudrait cependant pas voir les Missions comme un monolithe ! Globalement, les ordres présents depuis longtemps et bien implantés en brousse, comme les Scheutistes et les Pères blancs étaient en effet partisans du maintien des paysans à la campagne, et de la scolarisation dans leur langue maternelle. Mais d’autres ordres, comme les Frères Maristes, installés en ville et actifs dans l’enseignement professionnel, penchaient pour les villes et l’usage du français.
05 CHALUX, page 522
06 SIRVEN, etc..., op. cit., page 57.
07 "RUFAST", p.434
08 idem, p 441 9 H. Nicolai, "Le Kwilu Etude Géographique d'une Région Congolaise", Bruxelles 1963, p. 313
09 H. Nicolai, "Le Kwilu Etude Géographique d'une Région Congolaise", Bruxelles 1963, p. 313
10 idem, p. 315
11 P. Demunter, "Masses rurales et luttes politiques au Zaïre", Paris, 1975, p. 241
12 RUFAST p.323-324
13 Bezy, Peemans, Wantelet, "Accumulation et sous-développement au Zaïre 1960-1980", LLN, 1981, p. 25
14 P. Demunter, p. 241
15RUFAST p.307.
16YOUNG 1968, p.12
17 F. BEZY, etc…, 1981, p. 36
18RUFAST, p.287-288 et 335-336
19 R. BUEL, 1928, p.466.
20 B. VERHAEGHEN "Le Congo Belge durant la seconde guerre mondiale", Bruxelles, 1983, p.447 et 455
21 P. RYCKMANS, "Discours prononcé à Léo le 5 juillet 1946" in Etapes et Jalons, Bruxelles, 1946, p.205-206.
22PETILLON, "Témoignage et réflexions", Bruxelles, 1967, p.191
23 Courrier Hebdomadaire du CRISP (Bruxelles), 22 mai 1959, p.10-11
24 H. Nicolai, "Le Kwilu, …", p.147
25 RUFAST 5° édition, p.427
26 E. Lejeune, "Les classes sociales au Congo, Remarques congolaises", 1966, p.102
27 R. Buel, 'The native problem in Africa", 2, New-York, 1928, p.466
28 Lejeune, p.102
29 P. De Munter, "Masses rurale et luttes politiques au Zaïre", Paris 1975, p.188
30Assez proche de Kinshasa, le Kwilu voyait arriver beaucoup de « ratés » expulsés de la capitale, informateurs possibles sur la vie et la politique urbaines. Herbert Weiss, qui en était l’auteur, a d’ailleurs abandonné lui-même la thèse du « radicalisme rural ».
31 RUFAST p. 158-159 
32 En 1964, cette région deviendra l'un des noyaux durs du mouvement dit 'muleliste'. 
33 Débat Parlementaire 1931-1932, p.2150

Info

Ook op het internet gelden de auteursrechten. Werken die auteursrechtelijk beschermd zijn, zoals tekeningen, foto's, muziek, film en software, mag u niet verspreiden via het internet zonder de uitdrukkelijke toestemming van de auteur.
Een auteur van een programma kan de namaker van zijn werk strafrechtelijk laten vervolgen, maar dat kan alleen als het namaken kwaadwillig of bedrieglijk is gebeurd. Niet alleen de namaker is strafbaar, ook wie namaakprogramma's voor handelsdoeleinden verkoopt, in voorraad heeft voor verkoop of invoert in België, overtreedt het auteursrecht.
Delcol Martine