Congo 1960

Passé et Evolution du Congo

Logo Congo-1960

Le rail au Congo belge Tome II 1945-1960

Congo Reis Mar Del PlataCaractéristiques : Le Rail au Congo Belge.  tome 2 (1920-1945)
432 pages 210 x 2195 mm et 1.565 illustrations (photos, cartes et schémas)
ISBN 2-87202-015-2

 

Communiqué de Presse :

Le Rail au Congo Belge. tome 2 (1920-1945)

Il y a six ans paraissait, illustré de 1.122 photographies, cartes et autres documents iconographiques répartis sur 400 pages, le premier tome de l’ouvrage “Le Rail au Congo Belge”. Il reprenait un peu l’histoire coloniale et beaucoup de la véritable épopée humaine et technique que fut la construction par des Belges de réseaux ferrés à travers l’Afrique centrale comme ailleurs de par le monde.

A peine issu le tome un, l’équipe de rédaction, Blanchart Charles, De Deurwaerder Jacques, Nève Georges, Robeyns Michel et Van Bost Pierre, s’attela au tome 2 en effectuant une immense compilation de documents, photographies, cartes et rapports divers et une patiente écoute de témoignages relatant l’achèvement ou la modernisation des premières lignes de chemin de fer implantées dans la cuvette congolaise, ainsi que leurs prolongements et la création de lignes nouvelles tracées tant en territoire congolais que voisins, qui illustrèrent une bonne partie du formidable développement que connut l’Afrique noire durant l’Entre-Deux-Guerre.

Il en résulte 432 pages qui, dans l’esprit du tome un, ne portant pas de jugement sur le fait colonial, constate une œuvre constructive qui fait partie de l’histoire de l’humanité et qui, par la volonté des pionniers de l’industrie, la politique éclairée du roi Albert 1er et les bouleversements idéologiques et sociaux qu’apportèrent la crise des années trente tout comme  la Deuxième Guerre mondiale, a marqué l’esprit de plusieurs générations d’Européens et d’Africains.

Ce tome deux comporte 1.565 illustrations dont une bonne centaine faisant partie intégrante de l’histoire de notre pays et les autres de celle des techniques et de la puissante industrie ferroviaire belge qui, avec ceux qui la servirent, œuvrèrent grandement à la prospérité de la Belgique tout comme au devenir social des populations africaines.

A l’heure actuelle, alors que de plus en plus l’intérêt renaît pour cette période de l’histoire que fut la colonisation, cet ouvrage, le tome 2 du “Rail au Congo Belge”, basé sur les témoignages et la collaboration de près de 150 personnes et institutions, se veut une référence de l’époque qui vit la Belgique s’inscrire au rang des premières puissances économiques et industrielles et la royauté prendre conscience de la place de l’Afrique dans le monde, terre de développement, d’expérimentation et de la confrontation avec un autre art de vivre.

La Sabena, la Loterie coloniale, devenue le Lotto, les premiers grammes d’uranium qui donnèrent naissance à la première bombe atomique, furent générés au Congo Belge et se trouvent tous liés à la formidable histoire de ceux qui tracèrent des voies de communications au cœur de la cuvette congolaise, c’est ce que veut aussi, entre autres, rappeler ce livre.

Avant Propos :

Lorsque le tome un du présent ouvrage fut achevé, rien ne paraissait plus simple que d'en rédiger le tome deux. C'était la suite de l'histoire, l'affaire de quelques tours de bielles, le choix des récits et des anecdotes et le tri de quelques photographies et
documents illustrant L’Entre-Deux-Guerres et, après la Deuxième Guerre mondiale, les années de grand développement que furent les approches des "Golden Sixties" dans la colonie belge.

Mais la publication du premier tome changea le cours d'une histoire qui semblait tellement bien écrite qu'elle était, dans notre esprit, presqu'éditée. La diffusion du tome un eut en effet comme corollaire d'éveiller bien des souvenirs chez de nombreux lecteurs
et des vocations nouvelles d'archivistes et de documentalistes virent le jour.

Des anciens d'Afrique, des retraités, de Belgique et d'ailleurs, qui vécurent une "carrière congolaise" ou s'activèrent dans des entreprises au passé colonial fécond ainsi que des passionnés d'outremer ou d'archéologie industrielle et ferroviaire, se sont alors manifestés. Du millier de photographies préservées pour le  tome deux on passa rapidement à plus de trois mille documents, tous aussi intéressants les uns que les autres, et un canevas préétabli se trouva rapidement transformé par l'adjonêtion de
véritables chapitres nouveaux.

Des détails relatifs à des aspects aussi variés de l'histoire du rail au Congo Belge que l'organisation des troupes de chemin de fer de la Force Publique ou de la représentation de la Compagnie des Wagons-Lits et son action dans la colonie, de même que
l'acheminement des carburants ou des denrées réÍrigérées sous ces cieux équatoriaux ainsi que la passionnante histoire des réseaux transfrontaliers à laquelle la Belgique et sa colonie se trouvaient parfois directement mêlées, d'autant plus que ces chemins de fer voisins acheminaient une part importante du trafic tant à l'importation qu'à l'exportation, vinrent étoÍfer l'ouvrage.

Tous ces nouveaux éléments étaient sujets à pages, voire à chapitres supplémentaires.
Un tome deux reprenant la période 1920 à 1960 aurait dès lors dépassé les cinq cents pages et aurait pratiquement obligé à condenser certains chapitres davantage que d'autres.

Face à ce dilemme, le groupe de rédaction et de lecture prit la décision de remanier l'ouvrage en fonction d'une parution en trois tomes se limitant dès lors à aborder dans celui-ci la période allant de 1920 à 1945, avec les grandes améliorations portées aux
réseaux ferroviaires existants et la création de nouvelles liaisons ferrées et leur traversée de la pénible époque de la Deuxième Guerre mondiale.

Deux ans et demi de travail en sont devenus cinq pour mener à bien les sélections et remaniements nécessaires pour achever ce tome deux pour la rédaction et L’illustration duquel il faut remercier tous ceux qui ont apporté peu ou beaucoup de leur temps, connaissances, archives ou autres documents ainsi que tous ceux qui ne ménagèrent pas leur contribution tant à titre personnel qu'au nom des institutions qu'ils représentent.
Près de cent personnes ont ainsi collaboré à la réalisation des deux premiers tomes !

Nous insisterons particulièrement sur le rôle décisif du Musée royal d'Afrique Centrale de Tervuren sans lequel l'idée même de cet ouvrage n'aurait pas connu un tel développement. Le Musée nous ouvrit plus que largement ses archives et sa photothèque et nous permit, grâce à la compétence et au dévouement de ses collaborateurs de mettre en place le noyau autour duquel vinrent s'assembler tous les éléments du présent ouvrage. Reconnaissons ici cette collaboration exemplaire entre un Musée et les
chercheurs.

Une mention spéciale doit aussi être adressée à Peter Bagshawe qui fournit de nombreuses données techniques sur les locomotives à vapeur construites pour le Congo Belge et au photographe Guy Cussac qui s'attacha à la reproduction de nombreux
documents photographiques qu'il ne jugea jamais irrécupérables et qu'il sauva ainsi d'un oubli certain au vu de leurs mauvaises conditions de conservation ou de prise de vue.
Autant que le tome un, celui-ci est donc une œuvre collective ou l'aspect purement historique rencontre le vécu de nombreux acteurs de l'époque congolaise de la Belgique et se trouve complété par moultes anecdotes, de celles qui, par leur vécu, plus
que l'officiel, font L’histoire.

 

Quelques aperçus du livre tome 2

 

 

 

Plaats hier de inhoud van de nieuwe div-tag
SiteLock
share this - partager le site - deel dit document


About Us | Contact | Privacy | Copyright | Agenda

Ook op het internet gelden de auteursrechten. Werken die auteursrechtelijk beschermd zijn, zoals tekeningen, foto's, muziek, film en software, mag u niet verspreiden via het internet zonder de uitdrukkelijke toestemming van de auteur.