SiteLock
Livre du mois Le Petit futé Kinshasa 14,95 € Communiqué de presseGuide Kinshasa 2017 (petit futé)Neocity
Boek van de maand Zoon in Congo 15% korting + gratis verzending Zoon in Congo Lanoo Uitgeverij
   Webmasters Delcol Martine Eddy Van Zaelen De webmaster Delcol MartineEddy Van Zaelen
  Helpt U mee en stuur je ons uw boeken in ruil voor een publicatie op de site  Sponsor Site
Kasai Rencontre avec le roi des Lele Kasaï , rencontre avec le roi Prix exclusif Grâce a Congo-1960 Sans limite de temps 29.80 € frais de port inclus  -Editeur Husson
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historiquecongo 1957-1966 TémoignageLes chemins du congoTussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en CongoLeodine of the belgian CongoLes éxilés d'IsangiGuide Congo (Le petit futé)Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul DaelmanCongo L'autre histoire, avec mes remerciements a Charles LéonardL'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van BostL'année du Dragon avec mes remerciements a Mr Eddy Hoedt et Mr Peeters Baudoin

Gyrobus, brève histoire Gyrobus,

Brève histoire des Gyrobus, de 1946 à 1960 Texte et photos: Jean-Louis Gavin, 28.09.2007

LE GYROBUS

Voir le site Web de Travys

Le 5 novembre 1898, un comité d’initiative souhaite créer un tramway électrique Yverdon – Grandson ; ce projet fut abandonné.

En 1946, la Municipalité charge le chef d’exploitation des tramways lausannois, Marcel Fatio, d’une étude sommaire d’un transport public à Yverdon.

Simultanément, la Société de développement charge Henri Gavin, ingénieur et directeur de la Compagnie Yverdon – Ste-Croix, et Jean Vautier, technicien, de faire un rapport sur la question d’un transport public à Yverdon.

Marcel Fatio rend son rapport le 15 avril 1947 : il prévoit de relier Yverdon-centre à Grandson, et éventuellement à la Gare d’Yverdon.

Le 18 juin 1948, Henri Gavin présente son projet à la municipalité : il propose l’emploi du gyrobus ; il s’agit d’un véhicule routier mû par l’énergie électrique fournie par un volant utilisé comme conservateur d’énergie et rechargé à des stations de charge. Le gyrobus coûte à l’achat le double de l’autobus, mais ses frais d’exploitation sont très bas (ils seront d’un franc par km comprenant salaires, amortissement, entretien, etc). Il est autonome, n’émettant ni gaz, ni odeur, ni bruit.

Mais le gyrobus est encore un prototype ; il n’est pas définitivement prêt à la construction. Il faut attendre 1950 pour voir des essais à Yverdon. Deux gyrobus sont commandés en 1951, une Société des transports urbains Yverdon-Grandson est créée. L’inauguration a lieu le 30 septembre 1953.


 

Source Wikipedia : Le Gyrobus était un véhicule de transport en commun utilisant l'électricité. Contrairement au Trolleybus, les Gyrobus ne suivaient pas une ligne électrique placée au-dessus du véhicule, mais des perches électriques alimentaient un moteur couplé à un volant de stockage d'énergie et permettaient une autonomie de 6 à 10 km selon le terrain.

Aujourd'hui, il n'existe plus de ligne de Gyrobus en activité, toutefois des études se poursuivent dans le domaine.

Le concept d'une propulsion au moyen d'un volant de stockage d'énergie a été développé par Oerlikon (Suisse), avec l'intention de créer une alternative à la propulsion par moteur thermique ou électrique alimenté par batterie ou ligne de contact. Le Gyrobus permettait d'utiliser l'électricité sans construire une importante infrastructure de ligne de contact dans des zones où un tel système aurait été trop onéreux au vu de la fréquentation des lignes.

Léopoldville au Congo belge (actuellement Kinshasa en République démocratique du Congo) a été la deuxième ville a exploiter un système de Gyrobus. Douze véhicules exploitaient quatre lignes et les installations de recharges étaient situées toutes les deux kilomètres. Les Gyrobus de Léopoldville mesuraient 10,4 mètres de longueur, pesaient 10,9 tonnes et transportaient jusqu'à 90 passagers à une vitesse maximale de 60 km/h.

Le Gyrobus a été abandonné en 1959, en raison d'une usure excessive du volant d'inertie causée par l'utilisation régulière des raccourcis utilisant des voies de circulations non goudronnées.

 

Info pdf Gyrobus entreprise de Gyrobus

 

Sur internet

Voilà un an que je passais tous les jours devant cette étrange potence. Un vestige d’une autre époque dont je me demandais bien l’utilité passée. Elle trône sur le boulevard Kasa-Vubu dans la commune de Bandal. Je me disais qu’elle avait du en son temps suspendre un panneau de signalisation… une publicité peut-être. : http://kinfrancois.canalblog.com/archives/2008/03/20/8391183.html


congo-1960 le gyrobusLe gyrobus :


© Article et photos d'archives parus en 1970 dans le numéro 35 de Présence du Tramway. Auteur: E. Keutgens


Le Musée du Tram à Schepdaal près de Bruxelles, qui comprend déjà une belle collection de matériel sur rail vicinal, vient de s'enrichir du premier véhicule vicinal ne circulant pas sur rails. En effet, le 28 avril dernier le gyrobus « G 3 » y a fait son entrée. C'est à notre connaissance le seul exemplaire de gyrobus existant encore au monde.
C'est en 1953 que fut exposé pour la première fois, par l'industrie suisse, un gyrobus à l'exposition des moyens de transport à Munich, en Allemagne.
En 1954 les premières expériences avec ce nouveau type de véhicule eurent lieu à Yverdon, ville de Suisse entre Lausanne et Neuchâtel et important centre ferroviaire. La ligne initiale avait une longueur de 4,5 km.
D'autres essais eurent lieu, en Suisse également, à Altdorf, du côté nord du Gothard, et à Aarau, entre Berne et Zurich. En Autriche l'on monta la ligne Heerbrugg - Diepoldsau - Hohenens, dans la vallée du Rhin et à proximité de la frontière suisse, en gyrobus. Enfin l'actuelle Kinshasa, ex-Léopoldville, capitale du Congo ex-belge, connut quatre lignes de gyrobus inaugurées le 6 août 1955. source : http://www.trams-trolleybus.be/gyro/gyro01.html

Attention le musée a Anvers ==> est en fase de renouvellement il seras problablement ouvert en 2018 !!! J'espère que le gyrobus seras a nouveau dans leur exposition ,

De nos jours, le gyrobus est exposé à Anvers au musée du VLATAM. La société Oerlikon a également à son palmarès la célèbre locomotive "krokodil".

https://www.delijn.be/nl/overdelijn/organisatie/educatief/museum/



Pour 2018 le musée a Anvers seras j'espère ouvert .. aurait il prévus un gyrobus ?

Wegens uitgestelde restauratiewerken aan het gebouw en het dak zal het museum nog gesloten blijven tot en met 2017. De streefdatum voor heropening is voorzien in april 2018.

Bent u geboeid door trams en bussen? Ga dan eens langs in het Vlaams Tram- en Autobusmuseum (VlaTAM). Daar kunt u naar hartenlust herinneringen ophalen over de bussen en trams uit zowel ver vervlogen tijden als het recente verleden.

Een geklasseerde tramloods uit 1912 herbergt meer dan 55 voertuigen van 1873 tot nu: de eerste elektrische tram van Antwerpen (1899), de stoomtram, de laatste gyrobus (autobus aangedreven met een vliegwiel) ter wereld en nog veel meer. In het VlaTAM reist u terug in de tijd.

Een fototentoonstelling maakt u wegwijs in de geschiedenis van de Vlaamse bus en tram: welke modellen reden rond in Antwerpen in 1933? Waarom was een tram geblindeerd in 1943? Welk uniform droeg een buschauffeur in 1960?
Het VlaTAM heeft een antwoord op al uw vragen over de geschiedenis van het openbaar vervoer.

Het VlaTAM dankt haar partner De Lijn voor de ondersteuning bij het opzetten en operationeel houden van het museum.