Partager cette page

SiteLock
L'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van Bost
Les chemins du congo
congo 1957-1966 Témoignage
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historique
Kasaï , rencontre avec le roi
Tussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en Congo
Leodine of the belgian Congo
Les éxilés d'Isangi
Guide Congo (Le petit futé)
Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul Daelman

 

Titre : PIONNIERS MECONNUS DU CONGO BELGE

De Léopold II au 30 Juin 1960.

Auteur : Georges Antippas
68 euro environs

Pionniers méconnus du Congo Belge, rend hommage aux pionniers hellènes arrivés au début du siècle passé.  Son but est de préserver les traces de leur passage sur le sol congolais.  Dans la littérature coloniale, rien n’a été écrit sur l’œuvre des Grecs, Portugais, Indiens, Juifs ou Italiens.  Pourtant leur contribution a été considérable dans plusieurs secteurs de l’économie du pays.


On a cité, à quelques rares exceptions près ces petits commerçants. Il fallait écrire leur histoire.
Sans aucun soutien, ne parlant pas la langue et pour la plupart, de milieux très modestes, ils ont affronté une terre hostile, des maladies inconnues, et une faune sauvage. Les Belges, avaient tous les supports, ils étaient engagés, arrivaient à Matadi, une voiture les attendait,  une maison était mise à leur disposition, le personnel les attendait et tout était bien organisé.


Ils ont pris part aux constructions de ponts, de villes entières, à l’ouverture de mines, de routes et de magasins dans les endroits les plus isolés de la colonie.  Ils ont également enseigné aux autochtones la pêche, innové le domaine du transport, introduit le pain.  Ils se sont ancrés et ont considéré le sol congolais comme leur patrie.  Une grande partie de ces « Ulysse » n’a pas pu survivre pour revoir son Ithaque. Ils étaient partis vers l’inconnu et ont contribué à la construction de ce qu’était le Congo Belge.


Afin que Léopold II puisse prendre le bassin du Congo, alors terre inconnue, Il avait promis, lors de la Conférence de Berlin, qu’il allait mener une politique très libérale dans le domaine du commerce. C’est ainsi que tous ces étrangers se sont installés au Congo et ont pu  exercer le commerce, en général.


Ils devaient payer une caution pour venir au Congo.  D’abord c’était dans les 25.000 FB et après 50.000.

 


Léopold II : Prise du bassin du Congo – Stanley – Exploitation caoutchouc – Mains coupées :
Propagande anglo-saxonne – Grand combats et beaucoup de victimes avec la création du Mouvement anti-esclavagiste contre les arbisés Tipo-tip.

Les petits traitants et sous-traitants portugais, indiens ou grecs étaient de grands concurrents des grosses sociétés étatiques belges, munies d’une lourde infrastructure.  Les factories belges avaient beaucoup de charges :  gros salaire au gérant, grosse maison à sa disposition, personnel à la charge de la compagnie, etc…  Tandis que le petit traitants n’avaient pas beaucoup de frais généraux.  Ils achetaient, au début,  des produits africains, tels que le caoutchouc, l’ivoire, le copal, l’huile et les amandes de palme.
Par après, dans le commerce d’articles de traite, ils se rendaient en pirogue dans des endroits isolés et vendaient leurs marchandises avec des remises que les grosses sociétés belges ne pouvaient le faire, vu que leurs prix de ventes étaient imposés par la direction.

 FULA-FULA , c’était un camion transformé en bus par Mr Constantin Pipinis en 1945. Ce phénomène s’ est répandu pas seulement dans tout le Congo, mais sur tout le continent africain.
Les pêcheurs de KASENGA :
Depuis 1920, les Grecs se sont installés à Kasenga et ont fondé des pêcheries.  Poissons tilapia fumés et autres.  Avec le Pumbu, ils exportaient du … Caviar.

TANGANYIKA  1954 mise au point de la pêche du Ndakala (Petits poissons)
En 1958 les chiffres de la production de la pêche industrielle étaient
De 23.000 tonnes pour le Kivu et le Katanga et 10.000 tonnes pour le Rwanda et le Burundi. 

Les premières maisons d’édition de disques, ont vu le jour grâce à eux, tout en lançant les premières vedettes de la musique congolaise.
NGOMA – LONINGISA – ESENGO
Franco et l’OK Jazz, Wendo, Manu Dibango, et tant d’autres.
Ce sont les Grecs qui ont appris aux Kinois à manger du pain.  –

 

Prochain livre en 2013 .


Un autre livre sortira bientôt, et relatera l’histoire du Congo de 1960 à 1996, et des biographies de toutes les nationalités des indépendants l’illustreront.


Les Belges, les Italiens, les Congolais, les Juifs, les Grecs, les Indiens, les Portugais et les nouveaux venus, les Libanais, ainsi que d’autres minorités.

© Georges Antippas

 

quelques apperçus du livre

congo 1960 image foto sans titre