SiteLock
Livre du mois Le Petit futé Kinshasa 14,95 € Communiqué de presseGuide Kinshasa 2017 (petit futé)Neocity
Boek van de maand Zoon in Congo 15% korting + gratis verzending Zoon in Congo Lanoo Uitgeverij
   Webmasters Delcol Martine Eddy Van Zaelen De webmaster Delcol MartineEddy Van Zaelen
  Helpt U mee en stuur je ons uw boeken in ruil voor een publicatie op de site  Sponsor Site
Kasai Rencontre avec le roi des Lele Kasaï , rencontre avec le roi Prix exclusif Grâce a Congo-1960 Sans limite de temps 29.80 € frais de port inclus  -Editeur Husson
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historiquecongo 1957-1966 TémoignageLes chemins du congoTussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en CongoLeodine of the belgian CongoLes éxilés d'IsangiGuide Congo (Le petit futé)Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul DaelmanCongo L'autre histoire, avec mes remerciements a Charles LéonardL'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van BostL'année du Dragon avec mes remerciements a Mr Eddy Hoedt et Mr Peeters Baudoin

L’héroïsme des aviateurs détachés au Congo par la Force Aérienne Belge.© © Jean Pierre Sonck

 

la sabena au temps des handleyDébut février 1965, la colonne de renfort du major Mueller envoyée à Paulis par la route tomba dans une sérieuse embuscade aux abords du pont de Bafwasende. Les pertes furent importantes et l’Etat Major  de la 5e Brigade proposa au major Mueller de retourner à Stanleyville avec sa colonne, mais il refusa.

Mise en alerte depuis la veille, la base de ravitaillement du lt Raes installée à l’aérodrome de Stanleyville avait préparé durant la nuit un dropping de munitions pour ravitailler la colonne. Les caisses en bois contenant les cartouches étaient enroulées dans de vieilles capotes militaires, car ils ne disposaient pas de parachutes. Aux premiers rayons de soleil, elles furent chargées dans un bimoteur DC-3 de la Force Aérienne Tactique Congolaise, mise en œuvre par des aviateurs belges de l’assistance aérienne au Congo.

Le pilote démarra immédiatement les moteurs et le major Avi Blume prit la place du co-pilote. Le lt Raes accompagna l’équipe des largueurs qui était dirigée par le lt parachutiste Neyt, breveté à Schaffen en dispatching et en dropping. Près d’une heure plus tard, ils survolèrent la colonne à 300 pieds et le pilote se mit en contact radio avec le poste VHF de la colonne. L’avion effectua trois passages au ras des arbres et le lt Neyt donna les directives aux soldats pour larguer les colis au plus près de la route malgré le danger.

De retour à Stanleyville, le lt Raes remarqua plusieurs impacts de balles dans la carlingue, mais impossible de savoir s’ils provenaient de tirs amis ou ennemis. Le dropping des colis n’avait provoqué aucun accident, mais le lt Abession-Conde se plaignait d’avoir reçu une caisse sur le pied et s’était fait poser un bandage avec des attelles. Malgré la protection assurée par les vieilles capotes militaires capotes, quelques caisses avaient éclaté en morceau au contact du sol et la troupe dut récupérer les cartouches éparpillées aux alentours.

Les recherches étaient dangereuses, car l’ennemi était aux aguets dans la forêt entourant la localité. En attendant l’arrivée des hélicoptères chargés d’évacuer les blessés, la troupe débarrassa la rue principale du village des quelques obstacles qui gênaient l’atterrissage. Tous les chefs des pelotons  blindés de la colonne étaient hors de combat : Thadeus Kowalski se plaignait d’un éclat dans l’œil, Bob Noddyn souffrait de plusieurs blessures et Alphonso Abession-Conde traînait la jambe.

Un premier hélicoptère se posa au centre du village et dès que le pilote stoppa le moteur, il fut ravitaillé en carburant avec une pompe à main. Il fallut faire le tri parmi les hommes les plus atteints dont les brancards furent embarqués en priorité. Jouant au grand blessé, Abession-Conde tenta de soudoyer l’adjudant Bruneel de l’ATMB pour prendre place à bord, mais il se fit engueuler par Armand Traweels qui n’appréciait pas du tout son attitude peu courageuse. Le pilote du « FG322 » décolla  malgré son chargement en excédant, mais il dut manœuvrer à la limite des possibilités de l’engin qui semblait effectuer un ballet à quelques mètres du sol. Deux « Banane volante » se posèrent l’un après l’autre et embarquèrent chacune quelques blessés. Ce type d’engin était prévu pour le transport d’une section de douze hommes, mais sous les Tropiques, il arrivait péniblement à décoller avec trois personnes. Grâce au courage des aviateurs belges, les blessés furent ramener à Stanleyville où ils purent être soignés.

 

Avec nos remerciement à Mr JP Sonck pour sa contribution au site congo-1960

 

Heroisme Aviateur congo 1965

 

 

 

Heroisme Aviateur congo 1965