Partager cette page

SiteLock
L'Héritage des Banoko , avec mes remerciements a Mr. Pierre Van Bost
Les chemins du congo
congo 1957-1966 Témoignage
L'état indépendant du congo a la recherche de la vérité historique
Kasaï , rencontre avec le roi
Tussen vonk en omroep , draadloze communicatie in België en Congo
Leodine of the belgian Congo
Les éxilés d'Isangi
Guide Congo (Le petit futé)
Congo Ya Kalakala, avec mes remerciements a Mr Paul Daelman

Congo Mythes et Réalités

Auteur : Jean Stengers

voir aussi resumé du livre par CongoForum

Mythe et Réalite sur le congo

ISBN 2-87386-406-0 - chez éditions Racine

Jean Stengers s'est occupé de Léopold II et du Congo durant quarante ans au moins. Il a longuement travaillé à la fois dans les archives étrangères et dans les archives belges. Ce qu'il nous offre ici est un ensemble d'études qui couvrent un siècle d'histoire, elles couvre la période: 1860-1960 donc du 17 février 1860 " date du premier discours colonial du futur Léopold II " et jusqua "l'indépendance du Congo",le 30 juin 1960.

On y trouve abordés la plupart des aspects majeurs de lapolitique du Roi, puis de laBelgique. Ces aspects majeurs sont souvent aussi des aspects controversés.

L'auteur s'attache, là où il rencontre des conceptions légendaires, que ce soient des légendes dorées ou des légendes noires, à les démythifler, avec la seule volonté de restituer la vérité du passé.

Quatre études traitent de thèmes généraux:

la formation de la pensée coloniale de Léopold II,
la création de l'État indépendant du Congo,
l'évolution de cet État et du Congo belge jusqu'en 1914,
et enfin la période coloniale et l'histoire de la décolonisation de 1914 à 1960.

Elles sont complétées par des éclairages jetés sur quatre questions importantes:
I'Acte de Berlin, la campagne anglaise contre le Congo, le rôle de la Commission d'enquête de 1904-1905, et la décision de reprise du Congo par la Belgique.

Photo de couverture (at) Musée royal de l'Afrique centrale, Tervuren, Belgique

 


 

Jean Stengers, né en 1922 et décédé le 15 août 2002 à Ixelles, est un historien belge, professeur à l'Université libre de Bruxelles.

Étudiant précoce et brillant, entré à l'ULB en 1939, à l'âge de 17 ans, Jean Stengers publie son premier article scientifique deux ans plus tard dans la Revue Belge de Philologie et d'Histoire. En 1948, il présente sa thèse de doctorat sous la direction du professeur Bonenfant sur les fondements historiques du sentiment national belge.

« Dès cette époque, évoque l'historienne Ginette Kurgan, se manifeste l'éclectisme étonnant de ses intérêts, doublé d'une rigueur d'approche stimulée par sa formation de médiéviste. » À partir de 1949, Jean Stengers enseigne le cours d'histoire coloniale, en qualité de suppléant du professeur Franz Van Kalken auquel il succèdera en 1951 pour l'ensemble de ses enseignements d'histoire contemporaine.

Promu professeur ordinaire, en 1954, à l'âge de trente-deux ans, Jean Stengers participe à la fondation de l'Institut d'histoire du christianisme et succède en 1967 à Guillaume Jacquemyns à la direction du séminaire d'histoire contemporaine. S'il est impossible de passer en revue ses nombreux travaux, on peut néanmoins affirmer que la réputation scientifique de Jean Stengers s'est construite au départ de l'histoire coloniale belge. Son livre Congo, Mythes et réalités publié en 1989 fit date.

D'autres ouvrages fondamentaux ont marqué sa production comme L'action du roi en Belgique depuis 1831, Pouvoir et influence : essai de typologie des modes d'action du roi ou encore Vertiges de l'historien un ouvrage sur le hasard et sa place dans la recherche historique et le déroulement de certains événements, reflet des préocuppations de méthode de Jean Stengers.

Il est le père de l'historienne des sciences et épistémologue Isabelle Stengers.