Le Colonel Louis - Napoléon Chaltin

Inspecteur d'Etat

colonel Chaltin

La mâle et noble figure de Chaltin plane au-dessus du terrain brûlant de la vallée du Nil; dans le ciel se profile, derrière le mont Redjaf, l'image de ce vaillant soldat qui, au service du Roi Léopold II accomplit, au cours de la campagne arabe et, plus tard, contre les Madhistes des prodiges de valeur.
Si les noms glorieux de Dhanis, Descamps, Lothaire, Michaux, Doorme, Rom, Rue, Hemy, ]acques et de tant d'autres forment une gerbe flamboyante d'illustres guerriers, celui de Chaltin brille d'un éclat particulier auquel il faut réserver une importance toute spéciale. Et, chose curieuse, si d'autres que lui reçurent un témoignage de la reconnaissance royale pour les hauts faits  auquel ils avaient attaché leurs noms, Chaltin, lui ne reçut rien.
Léopold II avait créé Dhanis baron, puis après la révolte 1897, et les campagnes contre les Batélélas, il fut en disgrâce.
Il avait remis de son auguste main un sabre d'honneur à Michaux et à Descamps.
Celui destiné à Tobback, ne fut pas donné à cet officier qui avait refusé de reprendre du service à  I ‘Etat Indépendant du Congo dans les conditions qui lui avaient été proposées et pour y remplir une mission qu'il estimait ne pas pouvoir accepter. Et l'on raconte diverses anecdotes sui Tobback, qui sont d'ailleurs absolument authentiques étant donnée la personnalité de leur auteur qui assista à ses derniers moments en 1905.
Tippo-Tip était vali des Falls, à l'époque où Tobback si trouvait comme résident; ce dernier entretenait avec les Arabes les meilleures relations à tel point que quand il rentra en Europe il rapportait un écrin contenant la décoration du sultan de Zanzibar accompagnée d'une lettre qu'il remit à l'Etat du Congo. Il fut étonné de voir quelque temps après la décoration sur la poitrine d'un haut fonctionnaire de l'Etat...
Tobback retourna en Afrique et, aux Falls, trouva la situation tout à fait changée, tant et si bien que les Arabes voulurent I ‘empoisonner, mais ils n'y réussirent point parce qu'il avait soin de faire boire le lait qu'on lui envoyait du camp arabe par des chiens qui crevaient régulièrement après I ‘avoir bu!
S'en étant aperçu les Arabes décidèrent de le tuer à longue échéance et, effectivement, dix ans après il mourut d'une étrange maladie, effet du poison lent que les Arabes lui avaient fait ingurgiter. Connaît-on l'histoire de l'arrivée de Chaltin répondant au cri de détresse de Tobback, bloqué aux Falls?
Le lecteur trouvera dans les pages qui suivent, des récits extraits du " Soldat belge ' publiés en 1893, 1894, 1896 et X897, sur les hauts faits de la campagne arabe et de la campagne contre les Madhistes.
Le nom de Chaltin remplit ces pages glorieuses écrites avec le sang des nôtres et c'est surtout pour la gloire de l'armée belge et de la Belgique que nous écrivons ces lignes à méditer par la jeunesse.

Les récompenses accordées à Chaltin furent toutes d'ordre moral car il mourut Pauvre.
Son historiographe fit le  R. P. Lotar qui écrivit sur Redjaf, en janvier 1932 dans la revue .. « Congo » en hommage au Colonel L. N. Chaltin, un extrait d'un travail inédit sur . « Redjaf et son histoire ».
Le 17 février 1937 le R' P' Lotar donna à l'union Coloniale une conférence sur Redjaf' Elle fut publiée chez De Wit
Dans le bulletin d'avril 1931 des Vétérans Coloniaux sous la rubrique " Nos Vétérans à l'honneur » a paru la biographie de Chaltin, on y lit : *
« Une biographie difficile à faire tenir dans le cadre de notre bulletin. »
« C'est toute une brochure qu'il faudrait pour dire tout ce qu'il y a à rapporter sur la brillante carrière africaine du héros de Redjaf et de la campagne arabe. »
Après avoir remis son commandement à Hanolet, Chaltin était rentré en Belgique en 1898; il reçut un
accueil triomphal et une épée d'honneur lui fut remise à cette occasion par " LE CERCLE AFRICAIN ".
Elle porte les inscriptions suivantes :
«  Hommage du Cercle Africain de Bruxelles au Commandant Chaltin. 1892 - .Aruwimi; 1893 – Stanley-Falls Riba-Riba - Popoie; 1895 - Itimbiri; 1896 – Bili-Bima-Doruma 1897- Redjaf »
FOTO
Nommé inspecteur d’Etat le 1er mars 1899,  Chaltin repartit le 6 mars pour le Congo et remplit les fonctions de  Commandant supérieur de l'Uélé et l'Enclave de Lado.
Ce fut son dernier terme au service de l'Etat du Congo'


En mai 1902 il rentra comme major au 4e régiment de ligne.


Anecdote :


Ainsi que l'avait fait Tobback quelques années auparavant Chaltin avait refusé de retourner au Congo dans les conditions que voulait lui imposer le Roi Léopold II..
Aussi, lors d'une revue passée à Bruges, le Roi s'arrêta devant Chaltin et lui dit :
« La tenue de major vous va bien, Monsieur Chaltin ». C'était la disgrâce... Chaltin, officier de haute valeur avait donné à l'Etat du Congo la mesure de ses grandes capacités de soldat et d'organisateur. Il ne fut pas créé baron.
Cependant il était d'origine patricienne. On trouve, en effet, dans l'armorial ancien et moderne de la Belgique, par Jules Bossemans, ce qui suit : Chaltin (Luxembourg). - Ec. : Aux 1 et 4 d'az, à 3 forces de S. les bouts en haut; aux 2 et 3 d'az. à la cr. pattée d'or. Telles sont les armoiries de la famille Chaltin. Malgré les conseils qui lui furent donnés par un haut fonctionnaire du Ministère des Affaires étrangères, Chaltin se refusa toujours à faire des démarches pour que fussent reconnus ses titres de noblesse.
C'était un homme modeste, un grand homme.

En janvier 1908 Chaltin devint directeur en Afrique de la Compagnie du Kasaï où il succéda au Docteur Dryepondt, jusqu'en 1913.
Il avait été pensionné comme colonel. En 1914 il reprit du service et forma le Corps des Volontaires Congolais. Il fut fait prisonnier à Namur.

Source :  numèros special de la revue «les vétérans coloniaux »

QUELQUES APPRECIATIONS SUR CHALTIN


Télégramme du 21 juillet 1909.

Albert Ier :

Adressé à Chaltin par ALBERT DE BELGIQUE de Léopodlville.
« ..,C'est pour moi un très vif regret de n’avoir pu rencontrer au Congo un des plus brillants pionniers de la grande œuvre africaine' "
Albert de Belgique

Léopold II :

(a relire je ne retrouve plus le texte ... patience je cherche


Extrait d'une lettre adressée, en date du 4 mars 1893, au Cornmandant Chaltin, par le Baron van Eetvelde (secrétaire du Roi).
« X/Í. Ponthier se rendant aux Faljs et à Uant désormais coopérex
à la grande tàche dont vous avez suppcrté seul le poids jusqu'ici
dans vos parages, je tiens à vou envoyer ces quelques lignes,
pour S. 4,. pcur vous dire toui Ie bien que pense Ie Boi, et Je pcnse moi-méne, ds s§vl§ès si brluaníà si dévoués st
§1 lntolltgents quo vous n'avez cessé dé rendree dans votro district-
Vous trouverez en premier témoignage du sentiment de gratitude
du Gouvernement dans la promotion que le Roi vient de vous accorder.


Je me permets d'exprimer l'espoir, et Je l'exprime avec confiance que lous perseverèz dans la voie nouvelle ou vous avez conduit avec
tant de succès, les affaires du district Je vous prie de compter sur mon concouïs dévoué et sur mon désiÍ sincère de reconnaltre I'appui que vous prétez si brillamment
à l'oeuvle du Roi. votre tout dévoué ' Edm. vAN ET'EÍrDE

Général Brialmont :

Lettre du 18 juillet 1898.
Mon cher Camarade,
Je saisis l'occasion pour vous féliciter chaudement des succès que vous avez obtenus sur les bords du Nil et qui vous fnnt grand
bonneur ainsi qu'à l'armée belge. ces félicitations sont d'autan plus sincères que Je suis convaincu depuis quarante ans de la
nécessité pour la Belgique de posséder des Etablissements coloniaux. J'ai soutenu cette thèse dans un écrit daté de 1860 déjà
et qui a pour titre « Comptément de l'oeuvre de 1830 ».
Recevez, mon Cher capitaine, l'assurance de mes meilleurs sentiments. (s.) Généxal. Brialmont.

Baron Liebrechts :

Le 8 décembre 1936 (Manifestation Chaltin. adressée au Père Lotar). « Je vous suis d'autant plus reconnaissant d'avoir pensé à moi
pour accorder mon patronage à la Manifestation Chaltin que j'étais son ami et quelque peu son confident et, par dessus tout, un admirateur du grand et loyal soldat qu'il fut' »

Général Tombeur :

Lettre du 7 janvier 1937 au Père Lotar. Manifestation Corps des Volontaires Congolais.
«...J'ai toujours eu la plus grande admiration pour Chaltin. grand soldat et grànd colonial. A mon avis c'est lui qui, dans l'histoire militaire de lI'Etat indépendant du Congo. a écrit la plus belle page.
(s.) Géneral TOMBEUR,

 

 

SiteLock
share this - partager le site - deel dit document


About Us | Contact | Privacy | Copyright | Agenda

Ook op het internet gelden de auteursrechten. Werken die auteursrechtelijk beschermd zijn, zoals tekeningen, foto's, muziek, film en software, mag u niet verspreiden via het internet zonder de uitdrukkelijke toestemming van de auteur.